Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Deux débats avec des enfants, des adolescents et un représentant du comité du (...)

Deux débats avec des enfants, des adolescents et un représentant du comité du MRAP à HUAS-ADOMA à Lampertheim

mercredi 5 septembre 2018

A HUAS (Hébergement d’urgence avec accompagnement social) - ADOMA à Lampertheim (67) sont hébergés 28 ménages aux droits incomplets (en attente d’une demande de régularisation auprès de la préfecture) qui bénéficient d’un accompagnement social global (scolarité, insertion etc.)

Deux intervenantes sociales avaient invité ce 28 août un représentant du MRAP pour discuter avec deux groupes de jeunes. L’un était constitué de filles et de garçons entre 12 et 17 ans, l’autre d’enfants de 5 à 11 ans, tous venant pour la plupart du Kosovo, d’Albanie, d’Arménie et de Géorgie. Ils sont scolarisés et s’expriment en Français.

Les parents ont quitté leurs pays et emmené leurs enfants. Des ados disaient que leurs parents avaient été menacés de mort, subi des représailles par des mafias qui sont présentes aussi dans l’Etat.

Ils veulent s’intégrer en France tout en étant sensibles à ce qui touche leur pays.

  • Les plus jeunes disaient : "En Albanie c’était bien".
  • Un ado a visité le Struthof* et a vu sur la liste des morts 18 Albanais. Cela l’a fait pleurer.

* Les nazis ont fait travailler autour du camp les déportés pour la plupart venant de l’Est. (Résistants et autres personnes déportes pour diverses raisons). Ceux qui avaient été mis en esclavage construisaient au début la route qui menait au camp, extrayaient un peu plus haut du granit rose, construisant la piste d’atterrissage d’Enztheim etc..En moyenne ils vivaient 3 mois puis étaient remplacés par d’autres.

Nous avons discuté de l’égalité entre les filles et les garçons, entre les personnes de couleurs de peau, de tailles, de nationalités, de religions différentes. Il a été dit que pour nous au MRAP, être Français signifie agir pour plus d’égalité, de liberté, de fraternité mais aussi pour l’amitié entre les peuples et la paix. (Au Kosovo la guerre entre Kosovars et Serbes remonte à 20 ans).

A la fin de la discussion, les petits ont été invités à réaliser des dessins pour exprimer ce qui leur parait important. Beaucoup ont représenté des garçons et des filles, des hommes, des femmes, la peine ressentie en entendant des paroles de haine, ou en étant sur le point de se faire écraser, un petit tirant l’oreille à un grand, des sourires, des mains, des gestes d’amour, des maisons, des fleurs, la joie, des couleurs…
Voici une planche en regroupant plusieurs.

Portfolio