Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > La France accueille des femmes yézidies victimes de l’EI et leurs (...)

La France accueille des femmes yézidies victimes de l’EI et leurs enfants

vendredi 21 décembre 2018

Paris, 20 déc 2018 (AFP)
Un premier groupe de seize femmes yézidies, victimes de l’organisation jihadiste Etat islamique, sont arrivées avec leurs enfants jeudi soir à Roissy-CDG dans le cadre d’un programme d’accueil des réfugiés, qui devrait porter sur une centaine de femmes d’ici 2019, a constaté une journaliste de l’AFP.
Au total 83 personnes sont arrivées d’Erbil, dans le nord de l’Irak, par un avion militaire spécialement affrété par la France.

Ces femmes, "extrêmement éprouvées par leur asservissement par Daech" selon le Quai d’Orsay, ont été accueillies par la lauréate du prix Nobel de la Paix 2018 Nadia Murad, qui a "remercié" le gouvernement français d’avoir tenu sa "promesse", et par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

"C’était un engagement du président de la République et c’est l’honneur de la France de pouvoir accueillir ces femmes victimes", a déclaré le ministre à l’AFP. "Vous êtes ici en sécurité, la France vous accompagnera", leur a-t-il dit. L’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) a procédé à l’audition sur place des réfugiés et a identifié un premier groupe de 16 femmes et leurs familles volontaires pour venir en France. Les autres arriveront "à partir de la fin janvier", a-t-on indiqué au Quai d’Orsay.
"C’est la première fois qu’une opération aussi importante est organisée concernant les femmes yézidies", a indiqué le Quai d’Orsay, même si d’autres ont pu par le passé bénéficier de visas humanitaires.

Fin octobre, Emmanuel Macron avait reçu à Paris Nadia Murad, une jeune Irakienne victime des jihadistes de l’EI, avant de devenir ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains. Le chef de l’Etat avait alors promis que la France accueillerait cent femmes yézidies, dont vingt d’ici la fin de l’année.

Les familles, qui vivaient dans la région du Sinjar, ont décollé d’Erbil jeudi matin. Après s’être fait remettre les papiers attestant de leur statut de réfugiés, elles devaient monter dans des bus pour gagner le sud-ouest, le sud-est et l’Ile-de-France, accompagnées d’agents de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) et de traducteurs.

Les Yézidis, minorité kurdophone en Irak, ont fui en masse après avoir été persécutés par l’EI lorsque les jihadistes ont envahi en 2014 de larges pans du nord du pays, dont ils ont été chassés ces derniers mois. Des milliers de femmes et adolescentes ont alors subi de terribles exactions, telles que des viols, enlèvements, esclavage et traitements inhumains, estimait l’ONU fin août. La communauté yézidie en France avoisine aujourd’hui 10.000 personnes.
cg/blb/bma


Photo de Nadia Mourad prise d’une vidéo sur sa page Facebook