Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Le Front National est-il « un parti comme les autres » ?

Le Front National est-il « un parti comme les autres » ?

mercredi 11 mars 2015

Avec d’autres dirigeants de partis, durant les années 1980, J.M. Le Pen, a chanté les louanges de Reagan, de Thatcher et fait pression pour que Mitterrand adopte le système néo-libéral venu des USA et de Grande Bretagne.

La construction de l’Union Européenne, et du monde fut dès lors néo-libérale. Nous en voyons les effets aujourd’hui : répartition très inégale des richesses, droits exorbitants des actionnaires face aux salariés, évasion fiscale, paradis fiscaux, endettement de l’Etat et des collectivités, austérité …

Pour capter les voix des victimes du système qu’il a soutenu, le Front National tient désormais un discours soi-disant « social » ! Pour accéder à l’exécutif, il se prétend « antisystème » mais son programme et ses votes au Parlement Européen montrent qu’il soutient toute la logique économique et antisociale du néo-libéralisme.

Pourquoi n’a–t-il jamais renié ses débuts ?

Parmi ses membres fondateurs, il y avait des collaborateurs des nazis et de Vichy, des militants de l’OAS (groupe terroriste de colons extrémistes en Algérie et en Métropole). Marine Le Pen s’est affichée publiquement avec un ancien SS, Frantz Schönhuber, proche de la famille ou avec des néo-nazis. Pour « dé-diaboliser le Front », processus que beaucoup de médias reprennent à leur compte, M. Le Pen a écarté de la direction certains cadres trop souvent condamnés. Mais son père reste « à vie » Président d’honneur du Front National, malgré ses multiples condamnations ! Pourquoi ?
Pourquoi le Front National dit-il que la torture et la peine de mort sont parfois acceptables ? Le mouvement pour l’abolition de la peine de mort et contre la torture obtient des succès croissants dans le monde, sans recrudescence d’actes violents ou d’homicides par les citoyens.
Pourquoi le FN va-t-il à l’encontre de ce mouvement ?
Le Front National ne renie pas ses fondamentaux : racisme, violences et haine …
Son activité dans les municipalités le prouve. Au lieu de résoudre les problèmes économiques et sociaux, il est lâche et abject de désigner des boucs émissaires, d’en faire des victimes. Sont montré.e.s du doigt les citoyen.ne.s de confession musulmane, les 17 000 Roms qui vivent en France… Ces derniers sont particulièrement stigmatisés, pas uniquement par le F.N. d’ailleurs, comme s’ils étaient responsables de la situation économique et sociale de 67 millions de Français !? Un candidat à Narbonne, envisage « après les battues contre les loups, les sangliers », « des battues contre les Arabes, on sauverait peut être la France ». Cela fait partie des dernières déclarations racistes et homophobes de candidats du Front.

N’oublions pas les leçons de l’histoire ! Lorsque l’extrême-droite accède à l’exécutif comme en 1933 en Allemagne, cela s’accompagne de violences !
Lorsque des capitalistes particulièrement avides et belliqueux veulent s’emparer de l’appareil d’Etat au détriment d’autres et de la population, ils peuvent avoir besoin de l’extrême-droite. Mussolini et ses bandes en 1922 et les « nationaux socialistes » allemands en 1933, aidés par la presse et la radio, ont détourné les revendications et les aspirations populaires des Italiens et des Allemands au profit de grands groupes industriels. Le coût humain fut considérable. En 1933 les nazis ont installé des camps de travail où les Hommes étaient considérés comme des « esclaves à vie » au profit des Krupp et autres Thyssen. Ils ont fait fonctionner des camps d’extermination où leurs opposants, leurs handicapés, les tsiganes, les juifs ont été privés de leurs biens puis gazés ou massacrés. Aucun retour possible par la démocratie ! Ils ont été jusqu’à la guerre totale pour essayer de conquérir le monde. C’était la fin des libertés, le fascisme. L’Alsace annexée, les Alsaciens ont eu leur lot de souffrances. La Seconde Guerre mondiale a fait 60 millions de morts. L’Allemagne en 1945 était en ruines avec 10 millions de morts !
Est-ce cela que NOUS voulons… ?
Le risque du fascisme en France est-il écarté ?
Allons-NOUS voter pour eux et leur donner du pouvoir ?
Il y a d’autres choix qui facilitent le vivre ensemble au lieu de propager la haine.
Plus que jamais, la montée du racisme, la défense des droits des personnes les plus fragiles nous préoccupent.