Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Le MRAP demande au premier ministre de procéder aux obsèques discrètes du (...)

Le MRAP demande au premier ministre de procéder aux obsèques discrètes du rapport sarko-compatible de Malek Boutih « génération radicale ».

lundi 6 juillet 2015

Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples
43 boulevard Magenta – 75 010 Paris
Tél. : 01 53 38 99 82 – Fax : 01 40 40 90 98 – secretariat-direction chez mrap.fr
Communiqué de presse
Le MRAP demande au premier ministre de procéder aux obsèques discrètes du rapport sarko-compatible de Malek Boutih « génération radicale ».
Passons sur la liste des personnes « auditionnées » qui laisse pantois : une Frigide Barjot ressortie des oubliettes, le FNJ et le MJS comme seuls représentants des organisations politiques de jeunesse quelques « experts », mais aucune association des droits de l’homme. Cette démarche revient à banaliser le Front National.
Le plus grave réside cependant dans le manque de sérieux de ce rapport sorte de gloubi-boulga qui passe de la géo-politique pour les nuls à la psychologie de comptoir. Les djihadistes seraient ainsi les « refoulés des boîtes de nuit ».
Daesh serait alors à nos portes, déjà visible avec le « voile » musulman, les « barbes non taillées », les « vêtements traditionnels », les « pantalons courts laissant voir les chevilles «  !
Daesh serait partout dans les quartiers populaires et les milieux huppés, même dans nos campagnes lorsqu’un paragraphe titre « du village au djihad » où l’on apprend que la "tentation radicale" peut toucher la jeunesse déboussolée de nos campagnes A quand les attentats Kamikazes avec des tracteurs piégés ?
Bien entendu tous ceux qui s’opposent à la politique de colonisation israélienne, notamment « des associations des droits de l’homme » (non citées), deviennent les supports du nouvel antisémitisme.
Ce « rapport » commandé par le premier ministre au député de l’Essonne pour traiter de l’extrémisme islamiste, stigmatise une jeunesse dont « une grande partie » se détournerait de notre modèle de société.
Il apparaît comme un ridicule scénario de film catastrophe de série B qui déshonore la fonction parlementaire.

Paris, le 6 juillet 2015