Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Le but d’Erdogan est l’islamisation et la turquification d’Afrin

Le but d’Erdogan est l’islamisation et la turquification d’Afrin

mardi 23 avril 2019

Le but d’Erdogan est l’islamisation et la turquification d’Afrin

Un article tiré du Spiegel on line et traduit ci-dessous en français : les photos figurent dans l’article en allemand


Kurden in Syrien "Wir werden die türkischen Truppen in den Sumpf ziehen"
Seit mehr als einem Jahr hält die Türkei den syrischen Kanton Afrin besetzt. Ein Großteil der kurdischen Bewohner ist geflüchtet. Doch den Traum von der Rückkehr geben sie nicht auf.

Von Christoph Sydow
https://www.spiegel.de/politik/ausland/kurden-in-syrien-wir-werden-die-tuerkischen-truppen-in-den-sumpf-ziehen-a-1263560.html#


Pendant plus de trois ans, l’avocat et le diplomate ont exercé les fonctions de représentant spécial des États-Unis pour la lutte contre l’organisation terroriste "Etat islamique" (EI). En fin d’année 2018 a jeté dehors le travail - pour protester contre la décision du président américain Donald Trump, l’environ 2000 en Syrie de retirer les soldats américains stationnés.
Cette décision n’a pas encore été mise en œuvre - pourtant, McGurk critique la politique syrienne du gouvernement américain et de ses alliés dans la région. Dans un essai publié dans la revue "Foreign Affairs", il soulève de graves accusations contre le partenaire de l’OTAN, la Turquie. Au début de 2018, lors de l’offensive contre le canton kurde d’ Afrin dans le nord de la Syrie, l’armée turque présidée par le président Recep Tayyip Erdogan, alliée à des alliés islamistes syriens, a déplacé plus de 150 000 Kurdes pour ensuite installer des Arabes et des Turkmènes d’autres régions syriennes.

Le but d’Erdogan est l’islamisation et la turquification d’Afrin

"Cette opération n’était pas une réponse à un danger réel, mais un produit des ambitions d’ Erdogan de repousser les frontières de la Turquie , qui, à son avis, avaient été injustement retirées du Traité de Lausanne en 1923", écrit McGurk.

SPIEGEL EN LIGNE
Cela confirme un haut responsable américain de longue date, qui a rencontré Erdogan lui-même à plusieurs reprises en personne, ce que les Kurdes et des groupes internationaux de défense des droits de l’homme ont dit depuis longtemps :
 Le dirigeant turc prévoit une occupation à long terme du nord de la Syrie et un changement démographique de la zone frontalière.
 Les Kurdes doivent être expulsés de la frontière turque et remplacés par des Arabes et des Turkmènes fidèles à Ankara.
En août 2016, des unités de l’armée turque sont entrées dans la zone située entre les villes d’Asa et de Jaabarab dans le cadre de l’opération dite "Euphrate du bouclier". Ainsi, l’armée fit une brèche entre les deux cantons kurdes Afrin et Kobane. En janvier 2018, Erdogan donna ensuite l’ordre de conquérir Afrin :
 En l’espace de deux mois, l’armée turque et la milice syrienne alliée ont conquis Afrin .
 Compte tenu de l’infériorité militaire, le gouvernement autonome kurde et sa milice YPG ont décidé en mars 2018 de se battre sans se battre contre Afrin.
Depuis lors, les occupants turcs empêchent toute information indépendante de la région. Pour obtenir des informations, les journalistes s’appuient sur les reportages de la population locale qui n’ont pas encore fui et transmettent leurs impressions avec un risque extrême.

SPIEGEL EN LIGNE
Distribution d’électricité dans le nord de la Syrie
Les images satellites montrent également que les conquérants ont depuis détruit plusieurs sanctuaires des Alaouites et des Yazidis ainsi que des cimetières profanés. Plusieurs lieux de culte historiques ont depuis été convertis en postes militaires. L’expulsion des minorités religieuses et le traitement de leur patrimoine culturel indiquent que les occupants veulent islamiser la région à long terme. Ceci est également évident dans la vie quotidienne : Les nouveaux dirigeants comprennent de nombreuses milices islamistes qui ont été amenées à Afrin en provenance d’autres régions du pays, désormais contrôlées par le régime d’Assad.Au moins l’un d’entre eux, la "brigade des miséricordieux", est devenu une force de police à Afrin.Il cherche à appliquer son interprétation de la charia dans la vie publique - et exige que les femmes ne se voilent que le voile et quittent la maison avec un parent de sexe masculin.Entre-temps, les occupants avaient également accroché des pancartes dans la ville, demandant aux femmes de se déguiser complètement. Après les protestations des habitants, les affiches ont été suspendues.

Alexander McKeever @AKMcKeever

Earlier today images of da’wa posters hung up on Afrin streets were posted in a Facebook group. The text urges inhabitants to wear hijabs (specifically not just covering the head)/pray/etc. Note the sign saying Afrin above the third sign. (1/6)

10:28 PM - Jun 5, 2018

See Alexander McKeever’s other Tweets

Twitter Ads info and privacy

Dans le même temps, Ankara vise la turquification d’Afrin :
 Le drapeau turc fait partie du paysage de rue et la plupart des écoles sont enseignées en turc.
 La langue et l’identité kurdes de la région sont toutefois de plus en plus éradiquées.
 Les lieux perdent leur nom kurde, le kurde n’est plus enseigné.
 En mars, le gouvernement local d’Afrin, qui était utilisé par la Turquie, a également interdit les célébrations du festival du nouvel an kurde à Nowruz.
Tout ceci ne sert qu’un seul objectif dans l’estimation des Kurdes : chasser les derniers Kurdes d’Afrin.
Aisha Issa Hesso est l’une de celles qui ont fui l’armée turque en mars 2018. En tant que coprésidente du PYD, elle est considérée comme un ennemi de l’État à Ankara. Le PYD est la représentation politique la plus importante des Kurdes en Syrie. La Turquie les considère comme faisant partie de l’organisation terroriste kurde PKK.
Christoph Sydow / SPIEGEL EN LIGNE
Aisha Issa Hesso : "Plus on est attaqué, plus on résiste amèrement"
Avec ses collègues, Hesso tente de coordonner la résistance contre l’occupation. Tout d’abord, il s’agit de préserver d’une manière ou d’une autre les vestiges de l’autonomie kurde qui existaient à Afrin il y a un an dans les camps de réfugiés. La majorité des réfugiés d’Afrin vivent dans des tentes ou de simples habitations à Shehba, une zone sous contrôle kurde, confinée entre la zone d’occupation turque au nord et le régime syrien au sud.

Se souvenir du destin d’Alexandrette

En outre, les unités de défense du peuple (YPG), branche militaire du PYD, fournissent également une résistance militaire. Ces dernières semaines, les attaques contre les soldats turcs et la milice arabe à Afrin se sont multipliées. "Plus on est attaqué, plus on résiste amèrement", dit Hesso.
"Nous allons tirer les troupes turques dans le marais", a expliqué la responsable politique. Le but est de rendre l’occupation d’Afrin si chère pour Erdogan qu’il décide finalement de se retirer. Les Kurdes insistent sur le fait que la mauvaise situation économique en Turquie joue entre leurs mains à long terme.

Comme McGurk, Hesso ne doute pas qu’Erdogan préférerait intégrer la région à la Turquie. Comme la Turquie l’a fait jadis avec la région située à l’ouest d’Afrin.

La région autour de la ville d’Iskenderun, connue autrefois sous le nom d’Alexandretta, avait appartenu au mandat français en Syrie jusqu’en 1938, mais avait ensuite été laissée à la Turquie par la France. Jusque-là, les Turcs de la région n’étaient que l’une des nombreuses minorités, après que l’Anschluss d’Ankara eut modifié les données démographiques de la région et turquoiseed la région, qui s’appelle aujourd’hui Hatay.
Les Kurdes d’Afrin veulent absolument échapper à ce destin.

form pet message commentaire