Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > MRAP : A Saint Denis, comme dans de nombreux territoires en France, des (...)

MRAP : A Saint Denis, comme dans de nombreux territoires en France, des citoyens se mobilisent pour venir en aide aux réfugiés systématiquement pourchassés et expulsés de leurs lieux de vie, « souvent des bouts de trottoirs »

lundi 19 juin 2017

MRAP - Comité local de Saint Denis le 19 juin 2017.

A Saint Denis, comme dans de nombreux territoires en France, des citoyens se mobilisent pour venir en aide aux réfugiés systématiquement pourchassés et expulsés de leurs lieux de vie, « souvent des bouts de trottoirs » comme à La Chapelle. Entre le collectif Wilson, des boulangers de La Plaine et du centre-ville qui par leurs invendus contribuent à nourrir le matin des centaines de migrants, les collectes devant Carrefour, le secours islamique, le peuple de Saint Denis n’a pas à rougir de son humanisme et de sa solidarité.

En visite à Calais, Jacques Toubon, le défenseur des droits a dénoncé un « déni d’existence des exilés, des conditions de vie inhumaines, notamment des mineurs, une sorte de traque, des atteintes aux droits fondamentaux d’une exceptionnelle et inédite gravité ».Ce qui se passe à Calais « est sans précédent » et se reproduit aussi dans le Nord de Paris : les témoignages ne manquent pas.

Cette situation ne peut durer : un plan d’urgence avec des lieux d’accueil équitablement répartis sur les grandes métropoles du territoire et un réel accompagnement doit être planifié. Les mineurs en particulier doivent être mis à l’abri et protégés, et non enfermés.

Les premiers actes de M. Colomb qui renforce la présence policière à Calais et ses premières déclarations nous inquiètent : les demandeurs d’asile, victimes des accords de Dublin, vont sans examen individuel sérieux de leur situation, être expulsés vers le pays européen qui a leurs empreintes, pour risquer d’être expulsés vers leur pays d’origine, souvent des pays comme le Soudan, l’Éthiopie, ou l’Afghanistan. La France certes n’expulse pas directement, vers ces pays, mais de manière hypocrite, elle délègue ce « sale travail » à ceux qui font la frontière de l’Europe : Italie et Grèce notamment.

La France à crée la jungle de Calais en signant, sous l’ère de Sarkozy les accords du Touquet. La demande d’asile pour l’Angleterre doit se faire à Douvres.
Les roms, depuis plusieurs années, subissent un harcèlement policier et administratif, afin de les dissuader de s’installer de manière visible. Ce harcèlement s’est intensifié dans notre département en 2016, avec la mise à la rue de très jeunes enfants y compris, en plein hiver.

En parallèle, la préfecture de la Seine Saint Denis, au nom de la dématérialisation des supports va surtout dissuader les personnes à faire des demandes de régularisation. Elle vise, in fine, à rendre invisible aussi cette catégorie d’étrangers. La préfecture doit recevoir les associations pour que le droit à présenter un dossier soit maintenu et puisse être défendu.

Le MRAP de Saint Denis, dénonce cette politique de mise en invisibilité des migrants les plus récemment arrivés sur notre territoire, qu’ils soient demandeurs d’asile, sans papiers ou roms.

Il demande que l’ensemble de ces dossiers soient posé sur la table, discuté conjointement avec les représentants de l’état, des collectivités territoriales et du mouvement associatif et humanitaire. Il ne s’agirait en aucun cas d’aggraver le fossé entre les territoires ayant une tradition d’accueil et ceux qui ferment leurs portes systématiquement.

Le MRAP de Saint Denis, réuni en assemblée générale, considère que ces phénomènes de migrations sont la conséquence de l’aggravation des inégalités dans le monde, des guerres et soutiens à certains gouvernements mafieux et antidémocratiques. La France et les pays dits occidentaux doivent radicalement changer leurs politiques et être en alliance avec les peuples plutôt qu’avec leurs bourreaux.