Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Où VA LA TURQUIE ?

Où VA LA TURQUIE ?

dimanche 11 décembre 2016

Je ne les connais pas mais ce que je trouve sur Internet concernant les deux conférenciers me laisse penser qu’à priori cette soirée peut être très intéressante.
Mercredi 14 décembre / 18h au FEC
Organisée par le Centre Sèvre (Paris) et le CEAS d’Alsace
Avec la participation de :
M. Bayram BALCI, chercheur au CNRS/CERI Sciences Po, spécialiste de la Turquie
M. Aurélien DENIZEAU, doctorant en histoire et sciences politiques à l’INALCO, et ancien assistant-chercheur à l’IFRI.
Soirée animée par P. François Boëdec, s.j.

Daesh et le pétrole : Wikileaks publie plus de 50 000 mails personnels du gendre de Recep Erdogan
https://francais.rt.com/international/30185-turquie-wikileaks-erdogan-gendre-daesh

Communiqué de Femmes solidaires : les persécutions doivent cesser - Solidarité avec les femmes kurdes
http://www.akb.bzh/spip.php?article1124

Syrie : Washington tente de prévenir un affrontement Turcs et Kurdes
Jeudi 8 décembre 2016 à 23h18
Washington, 8 déc 2016 (AFP) — Les Etats-Unis tentent de prévenir un affrontement dans le nord de la Syrie entre les forces turques et les forces kurdes syriennes, ont indiqué jeudi des responsables américains.
"Nous avons facilité cette semaine des discussions communes avec la Turquie, les Forces démocratiques syriennes (FDS, coalition arabo-kurde syrienne) et d’autres partenaires de la coalition pour promouvoir une désescalade dans la région", a déclaré le colonel américain John Dorrian, un porte-parole militaire de la coalition contre l’EI.
Les Turcs et les Kurdes syriens sont deux alliés cruciaux de la coalition menée par Washington, mais leurs intérêts sont antagonistes.
Il y a déjà eu des échanges de tirs entre les deux forces.
"Nous essayons de faire en sorte (...) de maintenir un dialogue qui maintient tout le monde concentré sur la lutte contre l’EI", a déclaré le colonel Dorrian.
Les Turcs, entrés fin août dans le nord de la Syrie en soutien à des groupes rebelles syriens, menacent de se diriger vers Minbej, une ville tenue par la coalition arabo-kurde des Forces démocratique syriennes (FDS) soutenue par la coalition.
Les Etats-Unis observent avec inquiétude cette situation, alors que les FDS sont considérés comme un allié extrêmement précieux par les Etats-Unis.
"La plus grande inquiétude des FDS est que les Turcs menacent de les attaquer par derrière", a expliqué jeudi un responsable militaire américain.
"C’est ce qui les a fait hésiter à avancer" vers Raqa, a-t-il souligné.
Raqa est la capitale de facto de l’EI en Syrie, et le prochain grand objectif de la coalition dans le pays
Les FDS ont lancé le 5 novembre l’offensive qui vise "isoler" Raqa. Mais l’assaut lui-même doit être confié à des forces arabes, selon la coalition
Selon le colonel Dorrian, les FDS comptent désormais "45.000 combattants", dont "13.000 Arabes".

Turquie : Amnesty presse Ankara de permettre le retour de milliers de déplacés
Mardi 6 decembre 2016 à 01h08

Istanbul, 6 déc 2016 (AFP)
L’ONG Amnesty International a appelé mardi le gouvernement turc à permettre le retour chez elles de 24.000 personnes déplacées d’un district de Diyarbakir, "capitale" du sud-est majoritairement kurde de la Turquie, pendant les combats entre l’armée et les rebelles du PKK.
Les autorités ont imposé un strict couvre-feu en décembre 2015 au district de Sur dans le cadre de leur lutte contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation séparatiste classée "terroriste"
Les quelque 24.000 habitants des six quartiers de Sur encore sous couvre-feu ont tous quitté leur domicile, indique Amnesty dans un rapport publié mardi.
L’ONG enjoint aux autorités de "lever sans délai le couvre-feu" et prendre des mesures pour permettre aux déplacés de rentrer chez eux.
Selon Amnesty, environ 500.000 personnes ont été forcées de quitter leur domicile depuis la reprise des combats dans le sud-est de la Turquie à l’été 2015 qui a torpillé le processus de paix visant à mettre un terme au conflit qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.
"Il n’y a pas de plan concret, détaillé et crédible pour savoir comment ces familles pourront retourner chez elles", a dit à l’AFP Andrew Gardner, chercheur spécialisé sur la Turquie à Amnesty.
Autrefois cantonnés aux espaces ruraux, les affrontements ont été particulièrement violents dans les villes, transformant les centres urbains en zones de guerre
Nombre de vieilles maisons qui longeaient les ruelles de Sur ont été rasées, a constaté le mois dernier un journaliste de l’AFP dans des quartiers où le couvre-feu a été levé
Selon les autorités turques, les destructions sont le fait du PKK.
Dévastée par des tirs de roquettes et un incendie pendant les combats, la mosquée Kursunlu, érigée au XVIe siècle, est en cours de rénovation, de même que deux synagogues voisines.