Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Suite aux attentats contre Charlie Hebdo et l’hyper cacher

Suite aux attentats contre Charlie Hebdo et l’hyper cacher

mercredi 28 janvier 2015

Les questions débattues lors de la réunion organisée par le MRAP le 28 janvier 2015

  • Qu’est-ce qui peut conduire des personnes à « partir pour le djihad » ? A noter que dans la Torah il est aussi écrit de faire la guerre sainte ! La moitié des jeunes de la Meinau partis en Syrie avec Daesh ou Al-Qaîda… font partie des classes moyennes, de familles monoparentales avec un père absent. La maltraitance psychologique a joué un rôle important chez ces jeunes qui étouffent dans le quartier puis partent. Ils sont en rupture avec la société, veulent se sentir utiles. Ceux qui se réclament de l’islam ne connaissent pas grand’chose de cette religion. Ils croient aller au paradis ou plus simplement jouent avec la mort. On entend beaucoup la phrase « Je suis musulman ». Au Neuhof et à la Meinau beaucoup disent « on n’est pas Charlie » et n’étaient pas présents à la manifestation du 11 janvier. Pour ceux qui touchent le RSA dans les quartiers populaires, que signifient l’égalité et la fraternité ? La situation y est insupportable. La situation en Palestine joue un grand rôle dans la révolte mais peut déboucher aussi sur l’antisémitisme. On entend aussi que la France n’a pas été juste vis-à-vis des populations indigènes. L’histoire coloniale est souvent mise de côté. La situation économique actuelle a beaucoup d’influence ainsi que les ségrégations dans les collèges, le taux de pauvreté dans les ZUS, les humiliations…
  • Qu’est-ce qu’il faut pour faire disparaitre les menaces et les guerres ? Comment être armée de l’intérieur pour y résister ? Ce n’est pas parce qu’il y a des inégalités qu’on a le droit de massacrer des personnes. Que disent et font les imams ? Ils sont variés. Certains prennent les plus grands coups. Comment allez de l’avant ?
  • Une minorité domine le monde : c’est un problème très grave.
  • La liberté d’expression et le problème du racisme. Une personne présente à la réunion, a habité en Grèce : le racisme y est très fort. Les étrangers doivent s’adapter au pays, dit-elle. La liberté est une valeur à défendre : c’est l’avenir de l’humanité.
  • Il n’y a pas de races humaines.
  • L’éducation populaire est importante. La parole libère. Laisser parler les personnes et voir leurs blessures. Savoir recouper les informations. Les politiques ont un rôle à jouer. Les journalises ne sont pas des spécialistes de l’Education populaire.
  • Tirer des conclusions qui nous unissent. Seul je suis un sous-citoyen car je n’ai aucun impact.
    Les personnes présentes laissent leurs adresses mails pour être informées de nos activités. La réunion s’est terminée par un appel à rejoindre le MRAP (distribution des statuts locaux et de bulletins d’adhésion) et par quelques informations (Théâtre du Potimarron…)