Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Syrie : la coalition ne soutient pas les forces turques à al-Bab (militaire (...)

Syrie : la coalition ne soutient pas les forces turques à al-Bab (militaire américain)

jeudi 17 novembre 2016

AFP Mercredi 16 novembre 2016 à 21h10 Washington)

La coalition internationale contre le groupe Etat islamique ne soutient pas les opérations actuelles des forces turques et de leurs alliés rebelles pour reprendre à l’EI la ville d’al-Bab, dans le nord de la Syrie, a indiqué mercredi un porte-parole militaire américain.

Les rebelles syriens et les forces turques veulent reprendre au groupe jihadiste cette ville de 100.000 habitants, mais ils ne bénéficient pas des frappes aériennes de la coalition car l’opération a été lancée de manière "indépendante" par la Turquie, a expliqué le colonel américain John Dorrian, porte-parole militaire de la coalition.

"C’est une décision qu’ils ont prise au niveau national", a-t-il déclaré, lors d’une vidéo-conférence depuis Bagdad.

Selon lui, les Etats-Unis ont retiré leurs quelques soldats des forces spéciales qui avaient été déployés pour soutenir les forces turques et leurs alliés.
Cette absence de soutien de la coalition illustre les vives tensions qui existent entre la Turquie et ses partenaires sur la manière de chasser l’EI des zones qu’il détient encore dans le nord de la Syrie.

Contre l’avis de la Turquie, les Etats-Unis et leurs alliés veulent continuer de compter sur la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), notamment pour avancer vers Raqa, capitale de facto du groupe Etat islamique en Syrie.

Mais la Turquie estime que les FDS ne sont qu’un faux-nez pour les YPG, les milices kurdes syriennes qu’elle considère comme une organisation terroriste, et s’oppose à leur participation aux combats.

Le colonel américain en a appelé aux discussions diplomatiques en cours entre la Turquie et la coalition pour trouver un accord sur le rôle futur des FDS, et empêcher l’affrontement armé entre les forces turques et celles-ci.
"Il faut éviter tout risque que deux partenaires intéressés par la défaite de l’EI convergent" sur le terrain "d’une manière contre-productive", a-t-il estimé. "Nous voulons continuer à travailler" avec les Turcs pour élaborer "un plan où tout le monde reste concentré sur la lutte contre l’EI".

Les Turcs ont lancé le 24 août l’opération militaire "bouclier de l’Euphrate" en Syrie. L’opération a permis de chasser le groupe Etat islamique des dernières zones qu’il détenait le long de la frontière turque.

Les rebelles pro-turcs et les forces turques avancent maintenant vers le sud, en direction de la ville d’al-Bab qui ne se trouvent plus qu’à 2 kilomètres d’eux, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).