Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Actions contre le racisme dans le sport à propos du match PSG-Basaksehir et (...)

Actions contre le racisme dans le sport à propos du match PSG-Basaksehir et de ce que vous propose le comité de Strasbourg du MRAP

mercredi 16 décembre 2020

Mardi 9 décembre, lors du match PSG-Basaksehir pour la Ligue des champions de l’UEFA, les joueurs ont entendu le 4ème arbitre, parlant à l’arbitre principal (tous deux Roumains), désigner par négro Pierre WEBO, membre camerounais du staff de Basaksehir. En français négro ou nègre est un mot péjoratif utilisé lors de l’esclavage.
Le 4ème arbitre l’ignorait-il ? En restant délibérément sur le bord du terrain, avec l’appui des gros « pardessus » de l’UEFA, il a provoqué une fronde historique : tous les joueurs, dont certains sont très célèbres, sont sortis du terrain et n’y sont pas revenus ce soir-là.
"Pendant longtemps celui qui était victime de racisme était tout seul", se souvient Joseph-Antoine BELL.
"Je trouve ça quand même fabuleux » a dit Vikash DHORASOO, ex-joueur international, qui espère que cet incident fera avancer les choses dans le football. Le comité de Strasbourg du MRAP aussi.

Le 4ème arbitre s’est défendu le lendemain en disant que le mot « negru » (qui se prononce négro en roumain) désigne un Noir et non pas un nègre. Les joueurs français ont compris négro.
Il y a peut-être un malentendu. Mais caractériser quelqu’un par sa seule couleur de peau est extrêmement réducteur. Pourquoi ne l’a-t-il pas désigné par Monsieur Pierre WEBO en citant sa fonction et sa position au bord du terrain ?
Catégoriser une personne par sa seule couleur de peau, est le fruit d’une construction intellectuelle qui présente de réels dangers. Il faut se prémunir de telles catégorisations.

Au-delà de ce fait, il faut regarder comment est organisé le foot. Alors que sur le terrain il y a beaucoup de joueurs qui ont la peau plus ou moins foncée, combien de personnes perçues comme Noires ou qui se disent telles y a–t-il parmi les arbitres, les entraineurs, les dirigeants de clubs, dans les instances et les fédérations ? Des fichages ethniques ont même dû être sanctionnés.

Par cette sortie du terrain ces joueurs ont fortement marqué les esprits. Le respect qu’ils ont les uns vis-à-vis des autres, ou leurs rivalités éventuelles, ne dépend pas de leurs couleurs de peau. Ils refusent collectivement le racisme.

Nous proposons aux clubs, centres socioculturels, collèges, lycées à tous les autres lieux de vie un court métrage de 8 min « Le football pour les jeunes un loisir ou un rêve ? »
Il a été tourné à Strasbourg pour le MRAP et convient tout à fait pour ouvrir des débats sur les préjugés et les discriminations dont sont victimes les joueurs à la peau plus ou moins foncée. Vous pouvez demander à le voir !

Le comité du MRAP dispose d’une brochure vendue aux prix de 3 € + frais d’envoi
...

Strasbourg, le 14 décembre 2020
comite chez mrap-strasbourg.org