Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples

Accueil > Activités > Films "Comme elle vient " le 26 août au Star à 16H30 en présence du (...)

Films "Comme elle vient " le 26 août au Star à 16H30 en présence du réalisateur Swen de Pauw et du protagoniste Georges Federmann

mardi 21 août 2018

Notez bien que "Comme elle vient "sort le 26 août au Star à 16H30 puis passera sur 6 semaines, quotidiennement, à partir du 19 septembre
voir programme à la page 34 :
https://www.cinema-star.com/evenement/SP-173-BAT.pdf

Comme elle vient
SWEN DE PAUW

(FR) – 2018 – VF – 1h42
avec Georges Federmann.

Le film nous transmet un échange avec le Dr. Georges Federmann, psychiatre à Strasbourg mais aussi historien et humaniste.

Comme elle vient peut se voir comme un complément du Divan qui montrait Georges Federmann au travail avec ses patients, sauf qu’ici le patient, c’est Federmann. C’est donc plus une image inversée du Divan qu’un bonus DVD montré au ciné. Federmann occupe pleinement le plan (tee-shirt compris). Un vrai plan de cinéma old school. En pellicule, avec du grain, des couleurs chaudes, de l’altérité. Un plan fixe qui bouge beaucoup car il faut parfois changer la bobine et interrompre le discours. La technique plus forte que le propos !

Comme elle vient est le film de la parole donnée. Une parole comme miroir d’une réflexion simple et progressive qui de l’histoire et la seconde guerre mondiale à l’actualité des migrants, forge un être. Qui plus est un psychiatre. De voir le lien qui relie l’expérience de la vie (et les réflexions qui en découlent) à l’application de cette expérience au travail, dans le rapport à l’autre, est fascinant. Outre la portée humaniste qui chez notre sujet est simple et directe (on pourrait presque dire logique),

Comme elle vient montre avant tout un mec qui fait bien son travail (on pourrait être en face d’un boulanger ou de l’entraineur de l’équipe de France de Football), en toute indépendance. Un mec pas arc bouté sur ses principes puisque lui aussi, apprend au travers de ses patients et que l’altérité, voir le doute sont souvent présents.

Il fallait ce regard là avec ses moyens là (le film est autoproduit) sans superflue, pour choper ce mec là dans sa plus belle intimité. It’s done.